Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

MAI 2012: L'EXPEDITION BAO'BAT : MISSION ACCOMPLIE !

 

 

Cette fois ci, la saison chaude et sèche est arrivée sur Baback,

une température autour de 45° en pleine journée

pour retomber à 25 ° la nuit :

nous avons tous connu des heures quotidiennes difficiles

à surmonter cette chaleur,

même si l’harmattan ventilait l’atmosphère et la poussière…

 

 

 

La brousse est redevenue désertique,

les baobabs recommencent à verdir,

la terre est sèche et le sable brûlant ...

 

 

Déroulement du séjour

 

Semaine 16 et 17 ( du 15 au 27 avril) :

 

- Achats d’artisanat pour ventes caritatives de Baoback,

 

-  Achats équipement case d’hébergement :

chaises plastique, lits pliants, bassines, ustensiles cuisine

pour subvenir à l’intendance.

 

- Courses alimentaires et hygiène 

et ravitaillement en eau pour l’expédition.

 

 

- Achats du carrelage et de la faïence, 

pour la case de santé et livraison sur place

 

- Visite de préparation à Baback: Le 24 avril 2012

( Adiouma- Alassane-  Benjamin- Vincent-  Gwenaëlle)

 

 

 

Le But étant :

 

·        De découvrir la case d’hébergement et de l’aménager,

 

·        De rencontrer nos partenaires

pour fixer les modalités des activités de l’expédition,

 

·        De discuter les projets et l’actualité en cours,

 

·        De préparer l’expédition BAO’ BAT

pour la semaine suivante.

 

 

 

Semaine 18 :    L’Expédition BAO’ BAT

 

Les 30 avril, 2, 3, 4, 5 mai 2012

 

L’action humanitaire s’est ainsi poursuivie

en faveur de la case de santé,

et auprès des élèves de l’école de Baback

et de leurs familles.

 

Opération 400 peluches pour 400 enfants : Réalisée

 

Opération 400 savons associée à une éducation lavage de mains auprès des 400 enfants : Terminée.

 

 Opération 400 brosses à dents pour 400 enfants : Finalisée

 

Opération 400 livres pour 400 enfants : Effectuée

 

 

Réfection Case de santé bien avancée et prochainement: Achevée.

 

Restauration des bureaux scolaires : Accomplie

 

Consultations de soins : Initiées

 

La Mission est parfaitement Accomplie….

 

 

Cette fois ci, Les « BAO’ BATS », au nombre de 13, 

ont apporté, pas loin de 400 KGs de matériel scolaire

et médical ainsi que des jeux et livres éducatifs…

 

 

 

 

 

Le 30 avril 2012,

 

Au petit matin, les bagages regroupés,

les BAO’ BATS partaient pour Baback…

 

 

 

 

Après un chaleureux accueil avec la famille d’Adiouma,

L’expédition découvre, avec grande émotion,

la case d’hébergement de l’association BAOBACK,

construite, en trois mois, pour nous servir au plus tôt,

par Moussa, Modou, Ibou et Adiouma

qui avait pris soin d’y installer les jolis rideaux roses

qui flottaient au vent.

 

 

 

Une bien jolie case à étage

qui nous offre une autonomie non négligeable.

 

C’est la première expédition sur 5 jours…possibles…

 

Le groupe prit possession des lieux

et installa le couchage, le coin douche en plein air,

les gamelles et l’alimentaire.

 

 

L’après midi, passage à l’école et à la case de santé

pour y préparer le travail du lendemain

et s’accorder avec le menuisier

pour les fenêtres et portes moustiquaires.

 

 

Nous avons pu, sur ce séjour,

mesurer le confort de notre case,

bien que sommaire,

 

mais aussi et surtout confirmer la précarité des lieux.

 

 

En effet,

le ravitaillement en eau est difficile

lorsqu’il n’y a pas de pompe.

 

 

 

Les femmes s’attroupent à heures régulières à la pompe commune du village pour s’approvisionner en eau qu’elles transportent sur leurs têtes dans de grandes bassines. 

 

 

 

 

-        L’eau est stockée dans des bidons de réserve, remplis au fur et à mesure, non désinfectés et tapissés en intérieur d’une épaisse mousse verte.

 

-        La chaleur intense amplifie partout la prolifération microbienne et favorise la déshydratation.

 

-        Les mouches colonisent toutes les plaies ouvertes, les nez sales, les yeux de conjonctivites, les têtes à teignes…

 

 

-        La méconnaissance des familles par manque d’éducation maternelle de base :

le mouchage de nez, le lavage de mains…font largement défaut.

 

 

-        L’alimentation y est assez pauvre ;

le mil, constituant principal de chaque repas,

ne facilitant pas la regénérescence des tissus,

en cas de plaies

et entraînant souvent, chez l’enfant,

des distensions abdominales.

 

 

-        Parfois, la mauvaise qualité de l’eau

tâche les dents d’un marron roux.

 

 

 

-        Le sol est recouvert de sable, de poussière,

et de piquants des restes des végétaux de l’hivernage ;

les enfants y marchent souvent pieds nus,

les pieds sont fragilisés parfois infectés.

 

Les pansements appliqués çà et là

sur des plaies de jambes ou de bras

prennent, en quelques heures, 

la couleur du sable et de la poussière…

 

 

-        Les consultations ou traitements à la case de santé sont limitées par la population de Baback

parce que tout acte et médicament coûtent.

 

L’association BAOBACK,

apportant son soutien à la case de santé,

et notamment en y déversant des produits antiseptiques,

savons, compresses et dispositifs médicaux,

a demandé au responsable de soins

de rendre gratuite

toute prestation utilisant le matériel

en provenance de l’association,

et ce, pour éduquer la population à l’hygiène accessible.

 

 

Le lendemain, 1er mai, Fête du travail.

 

Réveillées aux aurores,

par le coq, les ânes  et les moutons,

l’expédition BAO’BAT démarre au quart de tour.

 

Quelques inquiétudes de démarrage

de travaux de carrelage

n’ont pas effrayé les plus costauds

( Vincent, Benjamin, Dominique et Christian ...)

qui ont saisi la pioche pour défoncer la dalle.

 

 

******

Puis Ils ont rejoint une autre partie de l’équipe

( Amélie, Véronique, Marijo, Pascal, Greg, Matar..)

pour se lancer sur  la réfection des bancs et bureaux.

Vis, boulons, outils...

 

les petites mains s’agitent

à réparer vaillamment chaque mobilier par classe.

 

Toutes les classes sont visitées, le mobilier inspecté ;

 

ainsi, plus d’une centaine de bureaux ont été ainsi réparés.

 

******

Devant la rapide confrontation aux plaies en tout genre,

les premières consultations soins se sont initiées

spontanément  avec Gwenaëlle et Mauricette,

dans la classe des CM2.

 

De bouche à oreilles,

l’information a circulé sur tout le village

et il a fallu ouvrir d’autres plages horaires

l’après midi et les jours suivants.

 

Au total : 77 consultations de soins :

nombreuses plaies de jambes, de bras, de pieds,  d’oreilles, douleurs abdominales, rhumatismales, céphalées, vomissements, diarrhées, pédiculose et teignes au niveau du cuir chevelu, conjonctivites, otites ...

 

 

******

 

Le mercredi 2 mai

 

 

8H30 – 11H

 

 

Opération Lavage de mains

pour l’ensemble des élèves de l’école primaire de Baback.

 

3 postes de lavage tenus par Véronique, Marijo, Mauricette.

 

Devant chacune d’elles, 2 bassines :

une pour se mouiller les mains avant de prendre le savon,

une deuxième pour rincer,

une serviette pour essuyer.

 

Chaque classe,

depuis le CM2 jusqu’à la case des tous petits,

s’est présentée devant les postes de lavages.

 

Gwenaëlle lançait une démonstration

devant l’ensemble des enfants :

 

" Il faut se laver les mains,

après être aller aux toilettes,

avant de manger,

dès que j’ai touché des choses sales…

 

Mes mains sont sales,

elles portent des tas de microbes qui provoquent des maladies,

je vais donc les laver…

 

Je mouille mes mains,

je prends du savon,

Pour que le lavage soit efficace,

je vais frotter mes mains, dedans, dessus, 

entre les doigts, sur les poignets,

avec le savon, en comptant jusqu’à 30…

 

Comptez avec moi : 1….30

 

Je peux donc rincer les mains,

je les sèche…

Mes mains sont propres,

il n’y a plus de microbes…

 

Mais si je te dis bonjour en te serrant ta main

qui n’est peut être pas propre,

ma main ne sera plus propre, je devrais recommencer…

 

A vous... »

 

Sous l’œil attentif de l’équipe pédagogique

( Véronique, Marijo, Mauricette),

les enfants, un par un, se lavent les mains,

confirmant leur savoir et leur compréhension.

 

L’équipe vérifie, en même temps,

l’état des nez, les plaies possibles…

 

Pour le mouchage de nez, initié à l’automne,

le message semble avoir été entendu et bien intégré :

très peu de nez morveux,

et les enfants de la case des tous petits

avaient tous ramené leur mouchoir.

 

Après chaque lavage de mains,

les enfants se sont dirigés vers la table d’activités

où Amélie et Nabou les ont initiés à décorer

la face B des petits drapeaux en forme de main.

 

En France,

Amélie, Nadège, Luna et Nabou

avaient découpé 400 mains,

une couleur différente par classe

et décoré certaines,

tout comme Carla

avec les classes de l’ école de Chahaigne en Sarthe,

la classe de Luna sur Nantes,

les responsables et enfants du périscolaire

de l'école Célestin Freinet de Bouguenais.

 

 

L’idée du Drapeau - main

était de sensibiliser visuellement le lavage de mains

et d’afficher, à la suite de l’acte,

la compréhension de la main propre et de la main sale.

 

L’initiative a été doublement saluée :

les petits français ont pris conscience

de l’importance du lavage des mains

et ont questionné leurs pratiques.

 

En France,

une face de chaque main a donc été décorée

par des images de robinets, de microbes…

des citations, des slogans, des conseils…

 

A Baback,

la décoration s’est prolongée

sur l’autre face par les enfants.

 

UNE BELLE REUSSITE !

 

 

 

11h : Cérémonie d’accueil

 

Exposition de tout le contenu des bagages

sur des bureaux scolaires, dans la cour,  

pour que tout le monde présent,

parents compris, venus plus nombreux, 

en ait connaissance.

 

 

Une distribution individuelle s’organise.

Chaque classe défile chacune son tour.

 

Une chaîne de distribution se constitue:

 

Gwenaëlle ouvre la séquence

en offrant une peluche à chaque enfant,

 

Véronique enchaîne avec un savon

et une brosse à dents

à chaque enfant,

 

Marijo continue avec un livre pour chaque enfant

 

Nabou remet à chaque enfant un drapeau main

 

Amélie boucle avec la remise d’un passeport hygiène, confectionné  par ses bons soins ( 16 pages),

avec beaucoup de créativité

et légitimant l’apprentissage du mouchage de nez,

le lavage des mains, le brossage de dents.

 

Remerciement du Directeur,

du représentant de parents d’élèves,

des instituteurs.

 

Discours solennel d’Adiouma

qui explique l’évolution

et les actions de l’association BAOBACK

 

Puis traduction du discours de Gwenaëlle par Adiouma

 

Remise de coupes ( trophée Baocback 2012)

au Directeur et à Adiouma.

 

 

 

17H00:  Rencontre programmée avec les femmes

 

Les Objectifs :

 

- Mesurer la connaissance

de l’existence de l’Association Baoback

par les femmes du village,

 

- Rappeler les actions passées,

 

Expliquer les actions en cours,

 

-        - Définir les besoins des femmes dans leur quotidien,

de la famille et des enfants.

 

Cette fois ci, l’information a été largement drainé

puisque l’association sur le terrain depuis plusieurs jours,

les enfants ont transmis le message de la rencontre.

 

Lorsque nous sommes arrivées au Rendez vous, à 17H,

pas une femme n’était présente.

 

Encore occupées aux tâches quotidiennes,

elles sont toutes arrivées, progressivement,

toujours d’un pas langoureux et timide,

revêtues de leurs plus beaux boubous,

pour prendre place sur la natte à nos côtés.

 

Des 22 femmes rencontrées la première fois,

l’effectif  s’est étendu à une centaine de femmes

autour de Gwenaëlle, Amélie, Marijo,

Véronique et Mauricette…

 

un vif succès pour l’Association,

animé d'une certaine curiosité,

du désir de nous rencontrer,

d'une confiance redoublée….

 

 

Déroulement de la Rencontre

 

Avec nous, Babacar, instituteur, traducteur de la séance.

 

Devant autant de participantes,

Gwenaëlle a présenté, à nouveau,

l’Association à travers l’image du logo

et du nom de Baoback.

 

 

Puis elle a enchaîné sur les actions entreprises :

réfection de la case de santé / opération carrelage, 

restauration des bureaux scolaires…

 

Les femmes ont applaudi.

 

Gwenaëlle a rappelé

les opérations « casquettes » et « mouchoirs »

de l’expédition BAOBELLES en novembre 2011,

en insistant sur l’importance

du port de la casquette et du mouchage de nez.

 

Elle a enchaîné sur l’opération lavage de mains du matin,

en détaillant les conseils transmis aux élèves,

le passeport hygiène remis aux enfants avec le savon,

la brosse à dents, la peluche et le livre.

 

Les mamans ont acquiescé 

pour confirmer qu’elles étaient informées par leurs enfants.

 

Elles ont à nouveau applaudi.

 

Gwenaëlle en a profité

pour parler des plaies qu’elle a constaté, des conjonctivites…

et informer sur une nouvelle permanence de soins,

le lendemain de 9h à 12H .

 

Elle a rappelé l’importance du lavage de mains

pour les femmes elles - mêmes

et les règles d’hygiène

par rapport aux conjonctivites

et aux enfants qui ne portent pas de culotte dans la sable,

afin de préserver la santé de leurs bébés.

 

Elle a rappelé le projet d’achat de la pileuse de mil

et mentionné que l’achat des machines à coudre

est à repenser avec des référentes.

 

Elle a invité les femmes à passer voir

l’évolution de la case de santé.

 

Puis elle a sollicité les femmes

sur leurs besoins particuliers.

 

 

Plusieurs femmes ont pris la parole :

 

- La question de l’eau a été évoqué et la demande de château d’eau renouvelé ( il semble que la communauté de NDangalma s’en occupe)

 

- Pour la batteuse de mil, l’une d’elles précise qu’il y a 3 façons de battre le mil :

 

Il faut séparer le mil du calice ( partie « décortiqueur »)

 

Séparer le mil du son ( partie « séparateur »)

 

Et enfin piler le mil (partie « pillage »)

 

La machine regroupant  les 3 étapes

s’appelle le moulin à mil

et semble être la priorité.

Il en existe plusieurs modèles/ petit, moyen et grand.

Il faut compter entre 2 à 3 millions de FCFA.

 

Les femmes qui parlent français

sont invitées à se présenter à la permanence le lendemain, 

6 réfèrents s’y inscrivent :

 

Fatou Diour NDOUR

Marem N’GOM

Marem SAAR

Laba LOUR

Paulette DIOUF

Maria BÂ

 

 

La soirée fut animée

par un magnifique feu de camp musical et dansant,

à l’initiative d’Adiouma.

 

Les gens du quartier étaient tous là,

au pied de la  case de BAOBACK.

Les enfants dansaient devant nous, à tour de rôle,

les femmes avec leurs bébés sur le dos

nous firent de belles et touchantes démonstrations,

nous invitant à les suivre dans leurs pas.

 

 

 

Le jeudi 3 mai

 

Gwenaëlle et Mauricette

reprennent les consultations de soins de 9h à 13h.

 

Les référentes viennent nous saluer

et rendez vous est fixé pour la prochaine expédition.

 

Le reste de l’équipe s’active à la case de santé,

dans les classes.

 

Véronique et Marijo initient la confection de guirlandes

  pour les classes avec le crépon ramené.

 

Une partie de l’équipe, les plus jeunes,

repart su Dakar pour un retour le vendredi en France.

 

 

Le séjour se termine sur une invitation à un mariage sérère,

une jolie surprise réservée par Adiouma et sa famille.

 

 



Réagir


CAPTCHA