Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

MAI 2013: PROJET CASE DES TOUT -PETITS

COMPTE RENDU DE VISITE A BABACK

 

– les 2 et 3 mai 2013 -

 

dans la perspective de construction

 

de la case des tout- petits.

 

 

 

case actuelle des tout petits qui vient d'être désertée

pour occuper provisoirement une classe de l'école

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Départ de N’gor le 2 mai 2013 matin
  •  

- Adiouma,

- El Hadj, jusqu’à Sébikotane,

- Gwenaëlle et Patrice.

 

 

  • Arrêt à Sébikotane

 

pour achats d’arbres fruitiers

( famille d’El Hadj),

 

 

 

 

 

 

Pour l’enclos de la case de santé :

 

 

- 1 bananier

- 2 manguiers

- 1 oranger

- 1 mandarinier

- 1 sapotillier

- 2 pamplemoussiers

- 1 sapsap = moringa

 

 

 

 

 

 

 

Chez Adiouma,autour de la case d’hébergement :

 

- 1 bananier

- 1 manguier

- 1 oranger

- 1 mandarinier

- 1 sapoutillier

- 1 pamplemoussier

- 1 citronnier

- 1 sapsap + graines = moringa

 

 

Elhage repart sur N’gor

 

 

 

 

 

 

  • Arrivée à la case de santé de BABACK

 

 

 

 

 

 

Ngore n’a pas été prévenu de notre arrivée

et nous sommes agréablement surpris

de constater l’évolution de la case :

 

 

 

 

matériel et équipement toujours en place,

propreté des locaux,

bonne gestion des lieux,

 

 

 

 

 

stock de dispositifs médicaux bien tenu

et chariots de soins fonctionnels.

 

 

 

 

 

 

Augmentation du nombre de réfections

de pansements depuis notre dernière expédition, en novembre dernier,

 

Augmentation des consultations depuis 6 mois (en moyenne : 80 consultations / mois).

 

La pharmacie est encore bien remplie

de compresses, pansements et antiseptiques.

 

Le besoin prioritaire est essentiellement

le ravitaillement en solution hydro alcoolique.

 

 

 

Ngore est heureux de nous retrouver

et se satisfait pleinement du matériel

et de la formation apportée

lors de la dernière expédition.

 

 

 

 

 

 

Il sort d’un séminaire

sur la prise en charge lors de l’accouchement et les mesures d’hygiène qui en découlent,t

et il y entrevoit des liens

avec notre encadrement.

 

Il réceptionne les arbres fruitiers

qui seront plantés quelques jours plus tard

et dont il aura la charge de l’arrosage.

 

 

Nous reparlons, ensemble,

de l’exigence d’hygiène

dans l’entretien des locaux

 

et il évoque quelques difficultés de suivi, rencontrées avec la personne de ménage ;

Bissan Tine, responsable du comité de santé, devra renforcer nos demandes communes

auprès de la personne concernée.

 

 

Nous constatons le défaut d’usage

des montants et pieds de lits neufs:

la matière en époxy

se décolle du support bois ;

 

nous en aviserons

la société « Médical Partner »

pour connaître les garanties possibles.

 

 

· Rencontre à l’école de Baback

 

 

 

 

 

avec Adiouma Gueye, le directeur

et Paul Adiouma DIOUF, instituteur.

 

Modou DIOUF,

l’animateur de la case des tout-petits

est en formation sur Diourbel,

ville à une trentaine de kms.

 

Les autres instituteurs sont absents.

 

Un mur de clôture a été édifié

tout autour de l’école

 

Nous évoquons avec Adiouma DIOUF,

notre représentant local,

le terrain pour la construction

de la case des tout-petits.

 

Au départ, le long du groupe scolaire,

un emplacement pourrait être privilégié,

dans l’enceinte de l’école.

 

 

Paul Adiouma DIOUF nous fait part

d’une rencontre avec le président

de la communauté rurale qui aurait débouchée

sur l’acquisition d’un terrain extérieur

et évoque l’existence d’un document officiel.

 

Nous nous reverrons plus tard dans la journée.

 

 

  • Case d’hébergement :

 

 

 

 

Préparation du couchage,

 

prise de repas

cuisiné par la famille d’Adiouma.

 

 

 

 

 

 

· Départ pour Dangalma l’après-midi 2 mai 2013

 

En quittant Baback,

nous passons prendre Paul Adiouma,l’instituteur.

 

Il nous remet le document

dont il nous avait parlé :

un délibéré du conseil rural de Dangalma

lors de sa séance du 20.12.2010,

c’est-à-dire un mois

après notre première rencontre avec le village,

qui mentionne affecter

un terrain de 36m x 35 m à l’école de Baback,

pour la création d’une case des tout-petits( CTP), dans le village de Baback.

 

Ce document est signé par Malick DIOUF,

Président du conseil rural de Dangalma

le 21 décembre 2010

et approuvé par le Sous- Préfet de Ngoye

le 20 mars 2013.

 

 

Nous sommes surpris

de cette information détenue par Paul Adiouma,

non communiquée, semble-t-il,

à l’équipe pédagogique

et Adiouma DIOUF,

notre responsable local de Baoback.

 

 

Visite d’un modèle type de case des tout petits

 

Accueil par le directeur

de la case des tout- petits de Dangalma.

 

(Extrait du site

de la coordination nationale

de la case des tout-petits au Sénégal)

 

 

Présentation

 

Le Président Abdoulaye WADE a observé

que le petit européen ou américain, contrairement au petit africain,

a l'avantage de disposer,

dès son plus jeune âge,

de jouets spécialement conçus

pour structurer son esprit.

Ces jouets forment l'enfant,

développent son imagination

en le préparant aux connaissances scientifiques et à la vie moderne.

 

Traditionnellement, en Afrique,

on ne joue pas comme en Europe,

où le jouet évolue très rapidement

avec la science et le progrès technique.

 

Cette différence oblige l'enfant africain, projeté dans l'école moderne,

à fournir plus d'efforts

pour réussir son adaptation.

 

Pour combler ce handicap,

le Président de la République a envisagé

de construire dans les villages du Sénégal,

des "Cases des Tout Petits",

pour recevoir pendant la journée

les enfants de 0 à 6 ans.

Ces enfants sont encadrés par des animateurs polyvalents issus du village,

qui les initient aux jeux éducatifs :

montage, démontage, assemblage, comptage, coloriage et manipulations diverses.

 

Ces jeux sont entrecoupés par des séances

avec Grand-mère où se mêlent contes, récits, légendes, devinettes, proverbes et paraboles.

 

Ces contes et comptines sont porteurs

de valeur morale et civique.

 

La Case des Tout-Petits constitue ainsi

un atout majeur pour l'édification de l'homme du 3ème millénaire pétri dans nos valeurs traditionnelles et ouvert au monde moderne.

 

La Case des Tout-Petits est une structure communautaire de prise en charge

de la petite enfance de 0 à 6 ans

née sous l’initiative personnelle

du Président de la République

 

Maître Abdoulaye WADE

 

La Case des Tout-Petits comprend actuellement :

 

- deux bâtiments de forme hexagonale

dont un atelier des cinq sens

pour éveiller et stimuler l’intelligence et une salle des mères

pour les séances d’information, d’éducation et de formation des parents et des communautés;

 

- une cuisine pour préparer des repas pour les enfants;

 

- une infirmerie pour les soins

et le suivi sanitaire des enfants;

 

- un bureau destiné au personnel d'encadrement ;

 

- un magasin pour le stockage des vivres

 

- des toilettes adaptées

 

- et une cour extérieure aménagée

pour abriter des activités extra-muros

et des microprojets d’appui au financement des activités de la Case ;

 

la barre oblique qui accompagne

la pente de la toiture symbolise l’enracinement dans notre culture.

 

- Le léger dépassement par rapport

au sommet symbolise l’ouverture

de l’enfant aux apports fécondants

des autres cultures.

 

 

 

 

 

 

Cette visite nous fait prendre conscience

des enjeux politiques passés et présents

et de l’ambition « démesurée » du projet, contrastant avec les réalités de terrain

et les besoins prioritaires des enfants de Baback.

 

 

 

 

 

La structure est conviviale et contemporaine,

les espaces sont dissociés

en 3 parties principales

concernant les petite, moyenne et grande sections.

 

Ces 3 sections nécessitent

3 postes d’animateurs- éducateurs

dont un est détaché pour la direction.

 

 

Nous notons l’intérêt de la cuisine

qui a pour objectif d’offrir

une prestation quotidienne de repas, organisée, par tour de rôle, par les mamans,

pour les enfants.

 

 

 

 

Les inscriptions au mois sont de 1500 FCFA

par enfant soit 2,29 €.

 

 

L’équipement en mobilier est intéressant

(chaises + tables pour enfants,

partie couchage,

nattes au sol,

tableau noir amovible…).

 

 

 

La décoration reflète

une formation adaptée des éducateurs

pour l’apprentissage des tout-petits,

des activités adéquates,

et des moyens en petit matériel d’activités

( papiers canson, peintures, feutre, cartonnage, crépon…)

 

 

En revanche,nous constatons  

que nous avons déjà bien équipé Modou DIOUF, l’animateur de la case des tout-petits de Baback, en matériel éducatif ( jouets, jeux…)

offerts par les appels aux dons

et ramenés, depuis 2011, dans nos valises.

 

 

L’environnement est plaisant,

 

 

le jardin clos dispose

de balançoires et toboggan

ainsi que d’espaces de verdure entretenus.

 

 

En quittant les lieux,

nous convenons que ce type d’architecture

engendre un budget conséquent

( 35 millions de FCFA = 53 400€ environ)

que l’association ne peut envisager.

 

 

Un projet plus simple,

comme celui étudié par l’association Baoback,

doit être proposé.

 

 

 

 

 

 

Rencontre avec Malick DIOUF,

 

Président communauté rurale Dangalma ( 2/05/13)

 

 

Etaient présents :

 

Malick DIOUF,

Président de la communauté rurale de Dangalma,

 

2 conseillers ruraux de Dangalma,

 

Adiouma DIOUF, Responsable local de Baoback,

 

Paul Adiouma DIOUF,

instituteur école primaire de Baback

 

Gwenaëlle AUDOIRE,

Présidente de l’association Baoback,

 

et Patrice AUDOIRE,

Vice-président de l’association Baoback,

 

tous deux membres fondateurs de l’association.

 

 

Malick DIOUF,

Président de la communauté rurale de Dangalma confirme la rencontre avec Gwenaëlle AUDOIRE,

en novembre 2012,

dans la zone de maraîchage de Baback.

 

Il se dit très satisfait et très reconnaissant

des actions menées par l’association Baoback, notamment auprès de la case de santé.

 

 

M. DIOUF souhaite enrichir le site internet

de Dangalma de photos des lieux

et de l’équipement sanitaire,

qui ont été prises dernièrement,

depuis sa réfection.

Il a su apprécier, par les clichés,

l’amélioration remarquable

des moyens de la prise en charge en santé.

 

 

 

 

Gwenaëlle AUDOIRE présente

les différentes actions menées depuis 2011 :

 

lavage des mains individualisé

auprès des enfants de l’école de Baback,

ainsi que le mouchage de nez,

la restauration des bureaux scolaires, l’aménagement progressif de la case de santé,

la formation- encadrement du responsable de soins, la plantation prochaine d’arbres fruitiers

dans l’enclos de la case de santé

pour fournir des vitamines naturelles aux populations défaillantes…

 

 

 

 

M DIOUF évoque, auprès de Gwenaëlle A.,

l’idée qu’elle puisse dispenser

une formation sensibilisation aux règles d’hygiène auprès de l’ensemble des agents de soins

de la communauté rurale de Dangalma.

 

 

 

Patrice AUDOIRE précise les difficultés

d’adapter les soins la nuit

par manque d’électricité.

 

 

 

M. DIOUF se fait préciser

par les conseillers présents

et confirme la pose de panneaux solaires

sous 8 jours

(un pour la case de santé et l’autre pour la mosquée).

Il évoque, en parallèle,

le problème de distance du village de Baback

pour prétendre à une électrification prochaine.

 

Il présente les difficultés

de distance du village de Baback

à l’école secondaire de Gate,

indiquant que les élèves n’ont pas

de moyen de transport

et effectuent une marche de une heure aller,

une heure retour, sous le soleil ;

ce qui complique bien la situation.

Il formule la demande d’un véhicule

auprès de l’association Baoback

pour faciliter ce transport.

 

 

Gwenaëlle et Patrice A. comprennent

le problème exposé

et prennent note du besoin pour l’avenir

et en fonction des possibilités financières

de l’association.

 

 

 

 

Gwenaëlle A. évoque le projet

de la case des tout-petits (CTP).

 

Paul Adiouma D. précise que,

actuellement, la CTP accueille

environ 40 enfants abrités, provisoirement,

dans une classe de l’école primaire.

 

 

M. DIOUF confirme le délibéré

mentionnant l’affectation d’un terrain

de 36x35 m.

 

Ce terrain se situe

le long du mur de clôture de la case de santé,

à droite du portail d’entrée,

et devant la mosquée.

 

 

 

 

 

Patrice A.présente le projet

par rapport à la configuration envisagée

(bâtiment rectangulaire avec un espace magasin / stockage de matériel et des toilettes)

 

et précise qu’il ne correspond pas

au modèle national.

 

 

M. DIOUF convient que

le modèle national est ambitieux,

vu son coût, et qu’il est, aujourd’hui,

revu à la baisse et à l’étude ;

seules des exigences de conformité

sont à respecter : 3 sections

( petite, moyenne et grande sections compartimentées)

et la dimension par effectif

soit 7m environ x 7m environ.

 

 

Gwenaëlle A. précise, qu’à Baback,

il n’y a qu’un animateur 

et questionne l’utilité des cloisons internes.

 

La validation des acquis de l’expérience

pour les animateurs non diplômés

est à l’ordre du jour au niveau du ministère ; peut être Modou pourrait-il en bénéficier

à court terme en complément d’une formation

de réajustement et obtenir ainsi

un statut d’agent de l’état ?

 

 

 

M. DIOUF pense intéressant

de prévoir des toilettes à l’intérieur

mais Adiouma D. relève que,

pour une question d’entretien,

il est préférable qu’elles soient situées

à l’extérieur de la structure.

 

 

M. DIOUF soutient le projet de Baback

en précisant qu’il y a 4 CTP à construire

au sein de la communauté rurale

et que, si le projet est intéressant,

le modèle de Baback pourrait servir de référence.

 

 

 

 

Patrice A. demande à M. DIOUF

si l’association peut compter

sur une aide de la communauté rurale.

 

M. DIOUF confirme et précise qu’un mur de clôture sera érigé dans le courant du mois de mai,

aux frais de la communauté rurale de Dangalma,

pour sécuriser les lieux

et faciliter la préservation du chantier

et qu’une subvention de 2000 €

sera attribuée à titre participatif

dans le cadre de la construction.

 

 

 

 

Patrice A. convient de transmettre, au plus tôt, le plan de la future structure

au président de la communauté rurale

et Gwenaëlle A. confirmera prochainement

un compte rendu de la rencontre

qui s’achève par une séance photos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre avec. Mor Ndao GUEYE,

Coordinateur Régional

de l'Agence Nationale des cases des tout petis CTP - Diourbel -  (3/05/13)

 

Etaient présents :

 

Mor Ndao GUEYE,Coordinateur régional

de l’Agence Nationale des CTP

- région Diourbel-

 

Adiouma DIOUF, Responsable local de Baoback,

 

Paul Adiouma DIOUF,

instituteur école primaire de Baback

et trésorier de la case des tout-petits de Baback,

 

Gwenaëlle AUDOIRE,

Présidente de l’association Baoback,

 

et Patrice AUDOIRE,

Vice-président de l’association Baoback,

 

tous deux membres fondateurs de l’association.

 

 

 

Gwenaëlle et Patrice AUDOIRE

exposent l’objet de la rencontre :

le projet de la case des tout-petits de Baback.

 

 

Mor Ndao GUEYE présente les objectifs

de la case des tout-petits

sur le plan éducation, hygiène et nutritionnel.

 

Il précise la prise en charge

des enfants de 2 à 6 ans

dans les contextes de psychomotricité, graphisme, langage, activités ludiques,

artistiques et plastiques, jeux éducatifs, prévention et éducation sanitaire,

règles d’hygiène de vie,

lutte contre la malnutrition

par le renforcement alimentaire…

 

 

More Ndao GUEYE confirme

l’existence du modèle national,

actuellement revisité par le ministère

pour la nécessité d’en diminuer le coût

qui s’élève à 35 millions de FCFA

(53 400€ environ).

 

Il présente l’architecture hexagonale

du modèle type

qui affiche une volonté de rompre

avec les bâtiments traditionnels linéaires.

Il précise la configuration, dans l’espace,

de trois pièces de vie,

correspondant à la petite, la moyenne

et la grande section.

 

 

 

Patrice AUDOIRE intervient en indiquant

que le projet de la CTP de Baback

se présente sous forme rectangulaire,

la plus simple et la plus fonctionnelle possible mais, qu’en revanche,

l’intérieur sera doté de séparations évolutives pour délimiter les 3 zones d’intervention correspondant aux trois sections

et d’équipement adapté aux besoins de l’enfant.

 

Un espace cuisine et une zone de stockage

appelé magasin sont également à prévoir

dans la perspective de préparer des repas

aux enfants par les mamans du village.

 

Un aménagement extérieur est prévu

avec des espaces jeux, un théâtre de plein air, des plantations d’arbres fruitiers,

et d’une zone d’éducation sportive.

 

 

Mor Ndao GUEYE précise que l’essentiel

est qu’il y ait du mouvement

dans la configuration architecturale

pour donner un aspect ludique à la structure

et approuve la proposition de Patrice AUDOIRE.

 

 

 

Gwenaëlle AUDOIRE rappelle, qu’actuellement,

il n’y a qu’un animateur pour 40 enfants et,

que si les sections doivent être respectées,

il faut également prévoir

deux postes complémentaires.

 

Elle sollicite More Ndao GUEYE

sur les perspectives d’avenir ;

il confirme l’attribution possible d’un 2ème poste mais pas d’un troisième.

 

 

More Ndao GUEYE demande

à Paul Adiouma D. et Adiouma D.

de repérer, dès maintenant,

une personne dans le village de Baback,

qui pourrait correspondre à un poste d’animateur et assister Modou DIOUF, l’animateur actuel.

 

Cette personne pressentie sera prise en charge

par le ministère pour une formation

donnant accès à un diplôme

permettant d’intégrer le statut d’agent de l’état.

 

 

Gwenaëlle A. intervient sur les modalités

du poste de Modou DIOUF,

aujourd’hui rémunéré par les cotisations mensuelles des parents

et demande s’il y a possibilité,

pour l’animateur,

de valider les acquis de son expérience

pour l’obtention du diplôme d’animateur

et la reconnaissance de son poste

comme agent de l’état.

 

Une réflexion est actuellement en  cours

au ministère pour les validations

d’acquis de l’expérience.

Il y a déjà un programme d’établi

pour les animateurs de moins de 31 ans

et détenteurs d’un baccalauréat.

 

Modou DIOUF ne rentre pas dans ces critères

mais peut-être y a-t-il moyen d’y accéder

par des formations complémentaires.

 

More Ndao GUEYE demande à Paul Adiouoma DIOUF

une prochaine rencontre avec Modou DIOUF

pour en discuter.

 

 

Patrice A. convient de transmettre,

au plus tôt, le plan de la future structure

à Mor Ndao Gueye, Coordinateur Régional

de la case des tout-petits( région Diourbel).

 

 

Gwenaëlle A. confirmera prochainement

un compte rendu de la rencontre

qui s’achève par une séance photos.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les 4, 5, 6, 7 et 8 mai 2013 :

 

Avant-projet, Etudes projet,

croquis et plan d’exécution

pour étude de faisabilité

en vue de la construction

du bâtiment «  case des tout-petits »:

 

El Hadj SECK, ( Entreprise Générale),

Maître d’Oeuvre d’exécution,

 

 

 

et Patrice AUDOIRE, Vice-président de l’association, Concepteur et Dessinateur, Maître d’Ouvrage Délégué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Compte rendu de la Rencontre pour le projet, 

 

( île de N’gor le 8 mai 2013)

 

Gwenaëlle et Patrice

avec Paul Adiouma DIOUF,

instituteur et trésorier

de la case des tout-petits,

 

et Modou DIOUF,

animateur case des tout-petits.

 

 

Rappel Paul Adiouma:

 

Actuellement, si 40 enfants viennent

de manière très irrégulière,

il y a 26 enfants qui profitent quotidiennement de la case des tout-petits et dont

les parents cotisent 700 FCFA /enfant / mois.

 

Le montant de l’inscription

vient d’être augmenté.

 

D’après Paul Adiouma,

une augmentation à 1000 FCFA/ mois

pourrait être envisagée

dans la nouvelle structure.

 

 

Patrice A. rappelle la rencontre

avec le Président de la communauté rurale :

 

il y a bien un terrain affecté,

qui sera clôturé

et une subvention de 2000 € doit être allouée.

 

Il présente le croquis et plan d’exécution

à Modou D. et Paul Adiouma D.

 

 

Gwenaëlle A. fait part à Modou

de la nécessité de se former avec, peut- être, une possibilité de valider

les acquis de son expérience.

Elle propose d’adresser un courrier

au niveau de la Coordination Nationale

pour présenter son CV.

 

Modou a 35 ans.

 

Il a suivi un cycle d’enseignement supérieur

à l’école privée « Paul VI » à Diourbel.

 

il a le niveau Bac (1998)

mais pas le diplôme.

 

Il part alors à la recherche de travail :

5 ans de maçonnerie,

puis marchand ambulant à Dakar,

enfin, gardien de propriété privée…

 

En 2010, il est appelé par le village

pour animer la case des tout-petits

sur un remplacement

puis il y reste jusqu’aujourd’hui.

 

 

Il bénéficie, alors,

d’une formation d’initiation

au rôle d’animateur à Dangalma.

 

Il exerce depuis 3 ans

au niveau de la case des tout-petits.

 

En mai 2013,

en lien avec l’éducation

sur l’hygiène et la santé,

il suit un séminaire

sur la prévention et la sensibilisation

à District santé de Bambey.

 

 

En 2010, il semble qu’il y ait eu

une volonté de la communauté rurale

de favoriser la création

des cases des tout-petits ;

 

le premier village a s’y engagé est Baback,

le second sera Gate,

les 3 autres villages n’ont, pour encore,

pas suivi la dynamique.

 

 

 

 

Modou nous demande de prévoir :

 

- Des matelas,

aujourd’hui 10 enfants font la sieste,

 

- Une trentaine de tables carrées

et 30 chaises pour le travail de groupes,

 

- Un panneau solaire,

 

- Un lecteur audio,

 

- un poste de lavage de mains pour les enfants, (2 robinets),

 

- 3 chaises plastique (adulte),

 

- Un ordinateur si panneau solaire.

 

 

Il maintient qu’il y aura :

 

un « coin enfilage »,

 

un « coin montage »,

 

un « coin bibliothèque »,

 

un « coin cuisine »,

 

un « coin pharmacie ",

 

et un « coin boutique » pour les enfants.

 

 

 

Gwenaëlle se fait confirmer

l’importance d’un « espace cuisine »

pour que les mamans viennent, à tour de rôle, faire le repas pour les enfants.

 

 

Modou précise qu’il faudra

un réchaud gaz et une marmite.

 

 

 

Modou D. souhaite également

des blouses scolaires.

 

 

 

Patrice A. se fait préciser

que la petite section

concerne les enfants de 2- 3 ans

 

La moyenne ceux de 4 ans,

 

la grande ceux de 5 – 6 ans.

 

 

 

 

Il demande à Modou l’emplacement des tableaux ; Modou préfèrerait des tableaux mobiles 

qu’il pourrait transporter dehors dans la cour.

 

Modou confirme les moustiquaires

aux fenêtres 2 vantaux,

et de grilles aux fenêtres.

 

 

 

Les achats à prévoir en octobre pour Gwenaëlle sont :

- Papier ramette,

- Perles,

- Cahiers double ligne,

- Cahier de dessin (pour l’évolution du bonhomme),

- Peinture gouache, et des crayons,

- Papiers canson et crépon, carton, colle, brosse et pinceaux

- Eau de javel, balais, bassines,

- Matériel de cuisine.

 

 

 

 

 

Dans les idées de jeux extérieurs,

Modou et Paul Adiouma souhaiteraient

une cage écureuil et un toboggan

avec des balançoires.

 

 

Gwenaëlle évoque la construction

de cases miniatures en sorgho,

et des mini paillottes

sur une enfilade de pneus bétonnés

qui serviraient de tables extérieures, fabriquées par les parents,

et d’un espace «  jardin potager »

pour les enfants.

 

 

 

Patrice précise qu’il y aura des bancs

pour les enfants et les adultes

dans l’enceinte de la case des tout-petits.

 

 

Un auvent avec gradins

face au théâtre de plein air

seront construits sur l’arrière de la CTP.

 

 

Modou et Paul Adiouma

rajoutent qu’ils souhaitent

le drapeau sénégalais

pour chanter, chaque matin,l’hymne national.

 

 

 

 

 

 

 

Patrice A. décide de finaliser

les plans de la construction,

en tenant compte de ces remarques,

et en collaboration avec El Hadj SECK,

le Maître d’Oeuvre d’Exécution.

 

 

 

 

Les 17, 18, 19, 20 et 21 mai 2013 :

 

 

Vente caritative au siège de Baoback

au profit de la case des tout petits,

 

 

Finalisation des plans

et transmissions à El Hadj S.,

ainsi qu’Adiouma D.,

Responsable local de l’association Baoback.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FAIT à Rezé le 21/05/2013

 

 

 

G. AUDOIRE Présidente BAOBACK

 



Les réactions

Avatar Sylvie Boutet-Jeannin

BRAVO!:!!! Quel beau projet, ne changez rien... Sylvie

Le 22-05-2013 à 10:23:24

Avatar Cécile et Mathieu FRUCHAUD

Super, très beau projet du bonheur en perspective pour tout ces enfants.

Le 22-05-2013 à 21:17:35

Avatar Gwenaëlle AUDOIRE

Merci de vos sympathiques messages et de votre fidélité !!!
Dieureudieuf !!!

Le 24-05-2013 à 19:27:11

Réagir


CAPTCHA